LAKME, opéra en 3 actes

Poème de MM. Edmond GONDINET et Philippe GILLE, Musique de Léo DELIBES

Ouvrage représenté, pour la première fois, sur la scène de l'Opéra-Comique le 14 Avril 1883.

Distribution, rôles et voix artistes :

GÉRALD, officier de l'armée britannique, ténor
FRÉDÉRIC, officier de l'armée britannique, baryton
NILAKANTHA, un prêtre Brahmane, basse
LAKMÉ, sa fille, soprano
MALLIKA, sa servante, mezzo-soprano
HADJI, serviteur Hindou de Nilakantha, ténor
ELLEN, fille du Gouverneur, fiancée de Gérald, soprano
ROSE, sa cousine, soprano
MISTRESS BENTSON, leur gouvernante, mezzo-soprano
Un diseur de bonne aventure (un Domben)
Un marchand chinois
Un Kouravar (un Cipaye)
Officers britanniques, Dames, Hindous, Chinois, Brahmanes, Derviches, bayadères, marchands, musiciens, marins
A. Talazac
Barré
Cobalet
M. Van Zandt
Frandin
Chennevière
L'action se passe en Inde, à la fin du XIXe siècle.

Résumé :

ACTE I

Un jardin ombragé, situé sur la rive du fleuve et entouré d'une palissade en bambou ; un temple est à moitié dissimulé parmi les arbres. Il s'agit du refuge secret du brahmane rebelle, Nilakantha auquel les Britanniques ont interdit de pratiquer sa religion, et de sa fille, la prêtresse Lakmé, Hadji, le serviteur de Nilakantha, et Mallika, l'esclave dévouée de sa fille, font entrer furtivement les quelques Indiens fidèles qui désirent encore pratiquer leur culte sous la direction du prêtre proscrit. Alors que Nilakantha songe à sa vengeance, Lakmé prie leurs dieux Dourga, Siva et Ganeça, puis le prêtre renvoie les fidèles avec sa bénédiction.

Nilakantha croit dévotement que sa fille possède un don particulier pour intercéder auprès des dieux. Une fois seul avec elle, il l'informe qu'il doit se rendre à la ville pour veiller aux derniers préparatifs de l'importante fête religieuse et de la procession qui doivent avoir lieu le lendemain. Il lui promet d'être de retour avant la nuit.

Lakmé suggère à Mallika de passer la journée en barque sous le dôme de végétation fleurie qui ombrage le fleuve ; pour honorer le dieu, elles se mettront à la recherche du lotus bleu, fleur sacrée de Ganeça. Elles montent alors dans la barque et s'éloignent.

Un groupe de Britanniques approche. Miss Ellen, la fille du gouverneur, et son amie Miss Rose, se font réprimander par leur gouvernante, Mistress Bentson, qui leur déconseille de chercher à savoir ce qui se cache derrière la palissade en bambou. Mais celle-ci cède sous la poussée, et Rose se retrouve presque involontairement dans le jardin. Les autres, poussés par la curiosité, franchissent eux aussi la clôture. Gérald s'amuse de l'incident mais son ami Frédéric, qui connaît l'existence de Nilakantha et de sa fille, que le prêtre a presque transformée en une divinité, avertit ses amis qu'ils ne s'aventurent pas dans le jardin sans risque. Puis il rappelle à Ellen, qui s'étonne de ne rien remarquer de particulièrement sinistre dans les fleurs qui ornent les allées, que la magnifique datura, par exemple, renferme un poison mortel. Les jeunes gens se demandent s'il est juste de soustraire au regard des hommes une créature réputée aussi belle que Lakmé, et tous les cinq essaient de déterminer ce qui différencie les Asiatiques des Européens, Frédéric affirmant notamment, à la différence de ses amis, que les femmes ne sont pas partout les mêmes : l'Indienne, dit-il, ne connaît aucune retenue en amour, et en aimer une peut conduire à la tragédie.

Le regard de Miss Rose s'arrête alors sur quelques bijoux que Lakmé a abandonnés sur un banc, et Ellen en admire la beauté. Gérald conseille à ses compagnons de s'en aller ; lui-même restera quelques minutes pour faire un croquis des bijoux afin qu'ils puissent être copiés et que Miss Ellen, sa fiancée, porte les mêmes le jour de leur mariage.

Une fois seul, Gérald se plaît à deviner la personnalité de la mystérieuse propriétaire des bijoux. Comme il s'apprête à partir, il entend des voix féminines et se cache. Les jeunes filles reviennent, chargées de guirlandes de fleurs qu'elles déposent devant l'autel de Ganeça en priant, puis Mallika s'éloigne. Lakmé aperçoit alors Gérald. Elle pousse un cri mais congédie les deux serviteurs lorsqu'ils arrivent inquiets. Puis elle supplie le jeune Britannique de partir sur-le-champ : elle est fille des dieux, et il sera puni de mort s'il est découvert dans le sanctuaire. Charmé par sa beauté, Gérald lui déclare sa passion, et Lakmé s'avoue à elle-même que cet étranger produit sur elle une impression bien étrange. Gérald n'a guère de mal à la convaincre qu'ils sont unis par l'amour.

Entendant son père qui approche, Lakmé renvoie le jeune homme juste à temps pour qu'il échappe à Hadji, lequel attire l'attention de son maître sur la palissade brisée. Le prêtre jure alors de se venger de l'outrage.

ACTE II

Sur la place du marché, Mistress Bentson est importunée par un diseur de bonne aventure et par plusieurs colporteurs, qui réussissent à lui dérober sa montre. Frédéric et Rose se portent à son secours. Puis les vendeurs rassemblent leurs marchandises et s'apprêtent à partir, laissant la place à la fête. La gouvernante est inquiète car elle a perdu la trace de sa jeune protégée. Frédéric la rassure en disant qu'Ellen est probablement en compagnie de son fiancé.

Les jeunes danseuses du temple, les bayadères, ouvrent les festivités. Une fois leur numéro terminé, Nilakantha, déguisé en pénitent, apparaît en compagnie de sa fille, déguisée eu chanteuse ; il espère que l'homme ayant violé le sanctuaire se trahira en entendant chanter Lakmé et en essayant de s'approcher d'elle. Il oblige alors celle-ci à interpréter l'histoire d'une fille de parias qui vient en aide à un étranger, lequel est en fait Vichnou, fils de Brahmâ, qui l'emmène aux cieux. Mais Gérald demeure invisible, et Nilakantha ordonne à sa fille hésitante de poursuivre. Soudain, le jeune homme surgit de la foule pour soutenir Lakmé, chancelante. Le prêtre entraîne alors sa fille. Frédéric est stupéfait d'apprendre de son ami que la chanteuse des rues n'est autre que la fille du brahmane. Cependant qu'une compagnie de soldats britanniques traverse la place, Frédéric réussit à écarter Gérald du lieu de la scène. Nilakantha et d'autres conspirateurs réfléchissent à la manière d'en finir avec Gérald. Puis ils se dispersent, laissant Lakmé seule. Hadji rappelle alors à la jeune fille angoissée les services qu'il lui a rendus lorsqu'elle n'était encore qu'une enfant et l'assure qu'il irait jusqu'à sacrifier son existence pour elle.

Gérald retrouve la jeune prêtresse. Celle-ci lui dit que s'il partageait ses croyances religieuses, les autres Hindous seraient bien obligés de le protéger. Puis elle ajoute qu'elle connaît une cabane dans la forêt où ils pourraient s'aimer et vivre en toute sécurité.

On voit apparaître la grande procession religieuse, qui se dirige vers le temple de Dourga. Lakmé se cache en toute hâte ; Rose, Ellen et Mistress Bentson s'éloignent sur les traces du cortège. Frédéric rappelle à son ami, officier comme lui, que leur régiment doit prendre son service le lendemain. Alors que les brahmanes continuent d'implorer leur déesse, Gérard déclare que Lakmé est désormais ce qu'il a de plus cher au monde. Nilakantha et ses acolytes entourent alors Gérald, qu'ils frappent d'un coup de poignard avant de disparaître dans la foule. Le jeune homme s'effondre et Lakmé pousse un cri de consternation, mais Gérald n'est pas mortellement blessé, et Hadji emporte sur son dos l'officier évanoui cependant que Lakmé exulte à l'idée d'être unie pour toujours à celui qu'elle aime.

ACTE III

Hadji a conduit Gérald dans la cabane secrète de la jeune prêtresse, et les amants songent avec bonheur à passer le reste de leur existence dans cette hutte en bambou dissimulée dans la forêt. On entend au loin : Lakmé explique à Gérald que des couples d'amoureux chantent en se dirigeant vers la source sacrée, où ils s'apprêtent à boire l'eau dans une même coupe, scellant ainsi leurs deux vies à jamais. Ils ne peuvent, eux-mêmes, se rendre à la source, de peur d'être découverts, mais Lakmé dit qu'elle s'y rendra seule et en rapportera le liquide miraculeux afin qu'ils puissent eux aussi boire à la même coupe.

À peine a-t-elle disparu que Frédéric arrive. Il a suivi les traces de sang laissées par Gérald et n'a eu guère de mal à découvrir la cabane. Il supplie son ami de songer à son devoir et de ne pas sacrifier son avenir pour un amour passager. Mais Gérald lui répond que Lakmé lui voue un amour sincère. Frédéric mentionne en vain le chagrin d'Ellen, mais un dernier appel au devoir - le régiment part dans une heure - amène la promesse qu'il désirait ; il ne lui reste alors plus qu'à repartir. Lakmé revient avec l'eau sacrée et remarque le léger changement qui s'est opéré chez son amant. Des soldats chantent dans le lointain, et elle s'aperçoit avec douleur que le patriotisme de son amant est plus fort que son amour pour elle. Sans attirer son attention, elle va alors cueillir une fleur de datura, qu'elle porte à sa bouche. Un peu plus tard, Gérald lui jure un amour éternel, mais Lakmé répond qu'elle ne va pas tarder à mourir.

Nilakantha entre dans la cabane et menace de tuer Gérald, mais Lakmé avoue à son père qu'elle a bu les eaux de la source sacrée dans la même coupe que l'officier. Le brahmane est alors obligé d'arrêter son geste puisque le jeune homme est désormais un être sacré. Lakmé s'offre aux dieux en tant que victime expiatoire, et lorsqu'elle s'effondre et meurt, Nilakantha se réjouit de voir sa fille accéder à la béatitude éternelle.

ACTE Ier
1
1 bis
2
3
4
4 bis
5
6
6 bis
Introduction - choeur et prière
Scène
Duettino
Quintette et couplets
Air
Scène
Récits et Strophes
Duo
Scène finale
- À l'heure accoutumée
- Prière de Lakmé : Blanche Dourga
- Lakmé, c'est toi qui nous protèges
- Viens, Mallika - Sous le dôme épais
- Quand une femme et si jolie
- Prendre le dessin d'un bijou - Fantaisie aux divins mensonges
- O toi, qui nous protèges
- Les fleurs me paraissent plus - Pourquoi dans les grands bois
- D'où viens-tu ? - Oublier que je t'ai vue ! - C'est le Dieu de la jeunesse
- Il faut qu'il meure ! Vengeance !
ACTE II
7
7 bis
8
9
9 bis
10
11
12
12 bis
13
14

Choeur et scène du marché
Musique de scène
Airs de danse
Scène et stances
Récit
Scène et légende de la fille du paria
Scène
Scène des conjurés
Musique de Scène
Duo
Finale

- Allons, avant que midi sonne
- C'est un pauvre qui mendie. - Lakmé, ton doux regard se voile
- Ah ! c'est de ta douleur
- Par les dieux inspirée. - Où va la jeune Hindoue
- La rage me dévore
- Au milieu des chants d'allégresse
- Lakmé ! c'est toi. - Ah ! c'est l'Amour endormi.
- Dans la forêt près de nous
- Dourga, entends nos voix
ACTE III
15
15 bis
16
17
18

19
20

Berceuse
Récits
Cantilène
Scène et choeur (dans la coulisse)
Scène

Duo
Finale

- Sous le ciel tout étoilé
- Quel vague souvenir alourdit ma pensée
- Ah ! viens dans cette paix profonde
- Là je pourrai t'entendre. - Descendons la pente doucement
- Vivant !
- Ils allaient deux à deux. - Tu m'as donné le plus doux rêve. - Qu'autour de moi tout sombre
- C'est lui !